Pétition Publique Logotype
Début | Créer Pétition | Recommander à un ami |Pétitions actuelles |
L’une des plus anciennes méthodes de la démocratie      Pétition Publique - Page initialewww.petitionpublique.fr

Liste des signataires | SIGNER cette pétition

Pétition RSA STOP aux suspensions

Pour:Présidence de la République

Monsieur le Président de la République,

Nous vous vous écrivons pour vous demander de mettre fin à une situation inique. Elle concerne des millions de personnes, sur le territoire : les demandeurs du RSA
Le passage du dispositif d’insertion dit RMI en RSA, censé adoucir l’enfer des précarisés, a paradoxalement rendu possible la coupure, du jour au lendemain de toute allocation !
Injuste, cela constitue une véritable atteinte aux Droits humains qui stipulent pourtant un droit à vivre dignement (article 25).
Aujourd’hui, des milliers de « RSASSISTES » se trouvent réduits au silence, humiliés par la double punition de l'exclusion :

1. Privés des contacts humains :
En effet, il est très difficile pour ceux qui ont un niveau de vie dit « normal » de s'adapter à l'indigence des précaires. Rares sont ceux qui fréquenteront longtemps celui ou celle qui dit "non" à tout projet de sortie ou qui vient manger, les mains systématiquement vides. Personne n'ose marcher à côté de quelqu'un qui porte des chaussures éventrées et des jeans difformes, souillés de tâches indélébiles.

2. Coupés de relations sociales :
Ces dernières sont induites par un travail ou au moins des activités quelles qu'elles soient. Le « rsassiste » est donc bien doublement isolé.

Qui dira qu'il est injuste que la survie d’un demandeur de RSA soit remise en jeu tous les mois.
Toute aspérité dans le déroulement du dossier peut être prétexte à lui couper les vivres : Papier manquant, retour à l'emploi de deux heures, transmissions mal faites, freinages administratifs, erreurs administratives maladie, mise à la rue etc.
Le tributaire du R.S.A. se retrouve constamment sous pression, constamment humilié. Il vit donc la terreur : de voir un employé signer la suspension de son allocation.
Et pourtant, il (elle) se tient toujours prêt à affronter, durant des semaines, des bureaux sordides et des employés agressifs et méprisants. Ce stress déclenche mille maladies. Ainsi, ces conséquences si douloureuses au niveau individuel sont aussi très coûteuses pour la sécurité sociale et l’ensemble de la société.

Monsieur le Président, vous avez peut-être entendu parler de cet homme qui s'est donné la mort dans un bureau de la C.A.F l’été dernier, plutôt que de mourir lentement de faim et d'épuisement : parce qu'il manquait un papier à son dossier administratif, il a été jeté à la rue, sans ressources, Il a finalement décidé d'abdiquer.
A-t-on le droit de condamner un homme à mort parce qu'il n’a pas le « bon papier » ? Une démocratie ne doit-elle pas défendre les droits de tous ses concitoyens ?

C’est pourquoi, Monsieur le Président,
- Nous vous demandons de faire rétablir le droit au RSA sans aucune condition.
- Nous demandons qu'une fois le dossier rempli, en aucun cas l'on puisse diminuer ou suspendre ou simplement mettre en question le versement de ce montant de survie.
- Nous demandons de faire respecter l'article 25 des Droits HUMAINS


LE COLLECTIF « SURSIS POUR LES RSASSISTES »

Signez nombreux cette pétition :

En signant cette lettre ouverte, vous sauverez des milliers de vies. Vous ferez cesser une partie de la terreur qui enserre le cœur des Précaires.

Merci de la faire suivre sur vos réseaux sociaux ! Aidez-nous à faire cesser cette injustice !


Les signataires

Cette pétition se trouve hébergée sur Internet sur le site Pétition Publique qui met à disposition un service public gratuit pour les pétition en ligne.
Au cas où vous auriez une question pour l’auteur de la pétition, vous pourrez l’envoyer par l’intermédiaire de cette page de contact

Créer Pétition | À propos de nous | FAQ | Politique de confidentialité | Termes et conditions | Envoyer à un ami | Contactez-nous

Bookmark and Share

Pétition Publique

Pétition Publique © 2008-2014.(s4y) Tous droits réservés.